Oran est située sur la rive sud du bassin méditerranéen. Il est situé au nord-ouest de l’Algérie, à 432 kilomètres à l’ouest de la capitale blanche d’Alger.

La ville est située au fond d’une baie qui s’ouvre au nord dans la partie nord de la baie d’Oran. Il est dominé par le massif de l’Aïdour (429 m d’altitude), qui le sépare de la ville de Mers-el-Kébir. Au sud, il borde la ville d’Es Senia, le plateau de Moulay Abd al Qadir al-Jilani (Moul el Meida), et au sud-ouest, il borde une grande sebkha. La ville de Bir El Djir est sa banlieue est.

Oran a un climat méditerranéen typique, avec des étés secs, des hivers doux et un ciel clair. En été, les précipitations deviennent rares voire inexistantes. L’anticyclone subtropical a couvert la région d’Oran pendant près de quatre mois. Les faibles précipitations (420 mm de pluie) et leur fréquence (72,9 jours par an) sont également caractéristiques de ce climat.

La mosquée du Pacha

Oran
La mosquée du Pacha – Oran | Source : Air France

La mosquée Hassan Pacha (Mosquée Hassan Pacha) est une belle mosquée d’Oran. Elle a été construite en 1796 et était dirigée par Basha Mohamed El-Kébir d’Alger. Sous le règne de (Bey Mohamed El-Kébir), il a contribué à la construction de cette mosquée. mosquée avec de l’argent de la rédemption des captifs chrétiens. Il est situé sur la rive droite de Wadi Rhi dans le quartier de Sidi El-Houari.

L’ancienne cathédrale du Sacré Cœur

Oran
L’ancienne cathédrale du Sacré Cœur | Source : alibabuy.com

La cathédrale du Sacré-Cœur a été construite par l’entreprise de construction des August Brothers de 1904 à 1913. C’était l’œuvre d’Albert Ballu, l’architecte du gouvernement français en Algérie à cette époque.

La réalisation de la cathédrale est notamment due à M. Cansign, qui était alors évêque d’Oran et en a fait une priorité. À sa mort en 1910, il légua tous ses biens au projet de construction.

Après l’indépendance de l’Algérie, le bâtiment est devenu une bibliothèque. La ville a transformé le bâtiment en monument historique dans la ville d’Oran.

La place du 1er Novembre 1954

Oran
La place du 1er Novembre 1954 – Oran | Source : tripadvisor.fr

La place du 1er Novembre 1954 (anciennement Place des Armes) est considérée comme le centre historique d’Oran, elle est située au carrefour de nombreuses routes telles que le port, le front de mer et le centre-ville.

En son centre il y a un obélisque avec une statue de l’émir Abdelkader dessus, et il est couvert du nom du sculpteur français Aimé-Jules Dalou C’est une sculpture de “La Gloire”.

Les magnifiques bâtiments historiques (hôtel de ville et opéra) entourent la place à l’architecture coloniale et la regardent depuis plus d’un siècle. Veuillez noter qu’un arrêt de tramway se trouve sur la place.

La porte d’espagne

Oran
Chemins de Fer Algériens, Oran la porte d’Espagne | Source : galerie123.com

La porte d’Espagne (à l’origine appelée Porte Ximénès) est une immense porte voûtée située dans le quartier de Sidi El Houari (rue des frères Dahli) et est actuellement l’un des vestiges les plus importants de l’architecture espagnole de la ville d’Oran.

Après que l’Espagne ait envahi Oran en 1509, les Espagnols savaient que la ville était un rêve, ils ont donc décidé de construire des murs autour de la ville et de faire la navette entre les portes de la ville. C’est ainsi que la porte Simonis a été construite par le général Don Pedro de Padilla en 1589.

Le fort de Santa Cruz

Oran
Le fort de Santa Cruz – Oran | Source : Air France

La forteresse de Santa Cruz est un magnifique colosse de pierre qui s’élève au sommet du mont Idul à l’ouest d’Oran et régit la ville d’El Bahia en raison de son statut supérieur.

Cette forteresse se trouve à 429 mètres d’altitude et fait face à une église catholique, qui se trouve légèrement en contrebas: l’église de Santa Cruz, qui est gérée par le diocèse d’Oran.

Aujourd’hui, le fort est en bon état. Cela permet à la mairie de la ville d’Oran de le mettre en valeur afin que les visiteurs puissent découvrir l’histoire méconnue de l’Algérie.

Le musée de Ahmed Zabana

Oran
Le musée de Ahmed Zabana | Source : Tripadvisor.fr

Ce musée a été fondée en 1879 par une société appelée la Province d’Oran de Géographie et d’Archéologie d’Oran. A cette époque, Oran ne possédait pas de musée, mais l’ancien hôtel de ville de la place de la République était jonché de patrimoine. Il y avait une salle appelée «Halle aux oiseaux» où de nombreux beaux oiseaux étaient préservés. Les œufs d’autruche, les singes, les haches polies et autres choses particulières, ainsi que les allées de la promenade de l’étang (place Ibn Badis) sont tous exposés aux intempéries avec diverses inscriptions romaines.

L’idée de construire un musée dans la ville est arrivée au commandant Demaeght (archéologue et stélégraphe), qui a appelé les citoyens à enrichir la collection existante. Il est nommé par les membres de la société afin de collecter des documents précieux à son domicile.

Le front de mer

Oran
Le front de mer – Oran | Source : Houari Tlamsani (Pintrest)

La zone côtière est la célèbre artère principale (boulevard de l’ALN) d’Oran, qui s’étend d’est en ouest le long du centre-ville historique, du rond-point de Zabana aux murs du Palais du Bey.

Il est considéré comme le symbole d’Oran, et c’est l’endroit où tout le monde se souvient d’Oran quand il est mentionné.

Les îles Habibas

Oran
Les îles Habibas – Oran | Source : Émigrer en Algérie (Twitter)

Les îles Habibas sont situées à environ 30 kilomètres au nord-ouest de la ville d’Oran. Ils font partie de la commune d’Aïn El Kerma (Wilaya d’Oran) et sont gérés par la police nationale de la côte algérienne. Les îles Habibas abritent de nombreuses espèces végétales et animales, dont certaines sont endémiques.

Depuis 2003, ces îles sont classées comme réserves naturelles marines, et depuis 2005, elles sont classées comme importantes aires spéciales protégées en Méditerranée (ASPIM).

La chapelle de Santa Cruz

Oran
La chapelle de Santa Cruz | Source : AFP – RYAD KRAMDI

L’église de “Notre-Dame de Santa Cruz” est située au sommet du Jebel Murdjadjo (Jebel Murdjadjo), légèrement en dessous de l’ancienne forteresse espagnole “Santa Cruz”. Cet endroit est géré par le diocèse d’Oran.

L’église de Santa Cruz a été construite sur les hauteurs du Jebel Murdjadjo par la France coloniale en 1850. En raison de l’épidémie de choléra, des milliers de personnes à Oran ont été tuées il y a un an, il a donc été décidé de construire l’église de Santa Cruz.

Au fil des années, tant pendant la période coloniale de la France que de l’Algérie après l’indépendance, elle a été maintes fois réparée.

La gare ferroviaire d’Oran

Oran
La gare ferroviaire d’Oran | Source : sntf.dz

La gare est située dans le quartier Sidi El Bachir (anciennement Plateaux) d’Oran. Il est géré par la SNTF (Société Nationale des Transports Ferroviaires). De la gare, vous pouvez rejoindre les villes d’Alger, Béchar, Ain Temustern, Magnia, Tlemcen et Sidibe Abbes.

Le bâtiment a été construit pendant la période coloniale française. Sa construction a été promue dans le cadre de la politique coloniale d’équipement et de développement à l’étranger. L’objectif est de mettre en place un réseau ferroviaire pour desservir les grandes villes et les ports importants du pays.

Le 4 février 1857, il est construit par arrêté ministériel. Cependant, selon les archives du musée d’Oran, les travaux de construction ont véritablement commencé en 1908. La station a été achevée en 1913 et ouverte au public la même année.