Les 07 délices algériens à goûter au moins une fois dans sa vie

La cuisine algérienne se caractérise par une richesse tirée de la production terrestre et marine. C’est une cuisine méditerranéenne et nord-africaine ayant pour substrat la cuisine berbère.

Cet article est une tentative de vous présenter les 7 différents types de délices algériens que vous devez absolument déguster.

Griwech

Griwech
Griwech, ces petites douceurs font partie des pâtisseries préférées en Algérie

La forme de base d’un Griwech est un carré avec des fentes internes (généralement 4 à 6), à partir de ces carrés de pâtes, vous pouvez former plusieurs types de griwech ou de chebakia pour obtenir des résultats visuels complètement différents. La forme la plus traditionnelle de griwech est celle qui ressemble beaucoup à une tresse allongée.

Les délices algériens sont souvent trempées dans un sirop communément appelé miel, mais qui n’est généralement rien de plus qu’un simple sirop, souvent parfumé à l’eau de fleur d’oranger, de citron ou de zeste d’orange. Pour le griwech, du vrai miel est en fait utilisé. Il est associé à de l’eau de fleur d’oranger avant d’être chauffé pour se liquéfier.
La chebakia traditionnelle, quant à elle, ressemble à des roses qui symbolisent « le respect et l’amour » pendant le Ramadan.

Zelabia

 

La fabrication du Zelabia est un métier ancré dans l’histoire de l’Algérie, car il s’étend à il y a trois siècles, et les histoires diffèrent selon l’origine de son nom. Le premier dit qu’il qu’elle est nommée d’après (Zaryab) une personne qui est allé en Tunisie et l’a inventé, où il n’avait que quelques ingrédients, à savoir le sucre, eau, farine et sel.

Comme pour l’autre narration, il est dit qu’un maître a demandé à son serviteur de préparer une assiette de dessert, alors il a préparé le dessert à partir de farine, de l’eau et du sel, puis l’a fait frire et l’a mis dans du sirop et lors de la friture, il n’a pas formé l’apparence appropriée, et l’a présenté à son maître et n’a pas aimé sa forme étrange, alors le serviteur lui a demandé pardon et la permission de Dame, c’est (zela, bia : en arabe : زلت، بي), ce qui signifie que c’est une erreur de ma part. Malgré la raison du nom, elle est célèbre en Algérie, en particulier les Zelabia de Boufarik. Servi lors d’occasions et de jours fériés et pendant le mois sacré du Ramadan.

Makrout

 

Makrout au four | Credit : lesfoodies.com

Makrout, connu comme « sultan el maida » (le roi de la table), est pour l’Afrique du Nord ce que Mamoul est pour le Moyen-Orient.

En Algérie, il est considéré comme le roi de toutes les pâtisseries, sans lequel, aucun rassemblement, aucun Eid, aucune cérémonie ne serait complet. Ce délice fourré à la semoule et aux dattes est souvent préparé pour les fêtes religieuses et les heureux événements mais peut aussi être apprécié toute l’année.

Qalb El Louz

Kalb el louz

En plus des douceurs traditionnelles qui font la renommée de l’Algérie, il existe d’autres douceurs non moins sucrées et réputées, comme, Chamia, appelée aussi Harissa ou kalbelouz, qui est la décoration de la table algérienne au mois de Ramadan. 

Composée de semoule, de dattes, de sucre, de beurre et d’une couche de poudre d’amandes, qui se concentrent au cœur de ce délice. Une merveille à ne pas rater !

Baklawa

 

L’histoire de la fabrication du baklawa remonte au XIIIe siècle après JC dans le sud-est de la Turquie, selon la plus ancienne encyclopédie arabe de la cuisine.

La Baklawa est farci d’un mélange de noix, d’amandes et de sucre, ainsi que de cannelle et d’eau de rose. Elle est préparée avec 5 et 8 couches de pâtes dans la capitale Alger, et entre 12 et 14 couches à Constantine, dont 7 en bas et 5 à 7 en haut, et entre elles se trouve un mélange de noix, d’amandes et de cannelle.

Bien sûr, la cuisson du baklawa au four nécessite une compétence particulière que tous les boulangers ne possèdent pas. Une fois la cuisson terminée, on y verse du miel chaud et certaines personnes utilisent du sirop.

Bradj

 

Bradj | Credit : le-renard.fr

C’est un genre de gâteaux traditionnels fameux au ouest algérien beaucoup plus, il aussi Mberdja ou Mberdjat. Les habitants le mangent habituellement avec du Lben ou du thé. Et on le prépare avec de semoule, sel, beurre, eau, cannelle, eau de fleur d’oranger, pâte de dattes.  Et c’est habituellement préparé pour célébrer la saison du printemps.

Tcharek msaker

 

Tcharek msaker | Credit : lesfoodies.com

On retrouve les origines de ce délice entre les murs de la ville d’Alger. Il a été inventé pour célébrer le jour de l’Aïd al-Fitr, ainsi son nom vient du Darija, le croissant oriental.

L’Algérie possède un assortiment très diversifié de « charak », dont les plus célèbre est: Charak sucré, fait principalement de pâte d’amande, parfumé à l’eau de fleur d’oranger, et, comme son nom l’indique, une pincée de sucre en poudre pour garnir à la fin.