Yennayer

Yennayer, le jour de l’an amazigh qui réconcilie les Algériens

La célébration du nouvel an amazigh a récemment acquis une importance supplémentaire en tant que moyen d’établir une identité culturelle dynamique.  A partir de 12 janvier, les Berbères d’Algérie, de Tunisie, du Maroc, de Libye et de certaines parties de l’Egypte, ainsi que la diaspora, célèbrent le nouvel an amazigh, qu’ils appellent “Yennayer”.

En effet, l’histoire de cette fête remonte à l’Antiquité, puise ses racines dans les contes et légendes populaires d’Afrique du Nord, et renoue avec le lien entre les Berbères et la terre sur laquelle ils vivent, ainsi que sa richesse et sa générosité. Par conséquent, Yennayer est une célébration de la nature, de la vie agricole, de la renaissance et de l’abondance.

Le calendrier agricole amazigh débute le 13 janvier et s’inspire du calendrier julien (un calendrier imposé par Jules César en 46 av. Et 2022 correspond à l’année 2972 dans le calendrier berbère. En fait, “Yennayer” marque le début des soi-disant “nuits noires”, qui durent 20 jours, et c’est l’une des périodes avec une baisse record des températures. Et c’est le début des festivités en Algérie, où les femmes amazighes préparent des banquets et rassemblements pour fêter le nouvel an.

Dans les légendes, janvier ne durait que 30 jours, et une vieille femme aurait défié la colère de l’hiver en emmenant ses chèvres paître le dernier jour de janvier, et s’étant sentie humiliée ce mois-ci par l’arrogance de la femme, il emprunté une journée supplémentaire en février, et imposé une nuit glaciale à la vieille femme en représailles. Cette allégorie exprime l’importance de vivre en harmonie avec la nature, et le besoin de patience et de prudence dans une région connue pour ses hivers froids et ses étés chauds, où les gens ont dû relever des défis pour protéger leurs récoltes et leur santé.

Préparatifs pour le Yennayer en Algérie

Les festivités de Yennayer tournent autour des réunions de famille et de la musique joyeuse. Les mères intéressées à organiser les fêtes préparent un festin de plats traditionnels pour la célébration.

Il est devenu habituel de porter des costumes et des bijoux berbères traditionnels pour cette occasion. Fidèle aux valeurs de renouveau et de vie, Yennayer est devenue l’occasion de célébrer des événements importants de la vie tels que les mariages, les circoncisions et la première coupe de cheveux d’un enfant.

La famille algéroise à lheure des célébrations de Yennayer 2971
La famille algérienne, à l’heure des célébrations de Yennayer 2971

Dans certaines régions d’Algérie, comme Tizi Ouzou et Constantine, les festivals de Yennayer s’étendent sur 3 jours. La famille se réunit quotidiennement pour un repas de fête, généralement de bouillie de semoule appelée Balboula Amazigh , le premier jour, du couscous aux 7 légumes le deuxième jour et du poulet le troisième jour.

Les gens présentent leurs meilleurs vœux pour la nouvelle année avec des phrases telles que : « Asgas amgaz » ou « Yennayer amrfo (Bonne année) ». Mais ce n’est pas tout, les délices comme le sfinge, le plat de Tamina à base de semoule grillée mélangée à du beurre et du miel, et décoré à la cannelle et noisettes de manière traditionnelle, sont également très célèbres de nos jours.

L’ouest algérien a aussi sa façon de célébrer, les femmes tlemceniennes par exemple, portent la célèbre robe Chedda, la Blouza Oranaise, et bien sûr les robes kabyles et Chaoui. Sans oublier que l’événement verra la participation de plusieurs associations intéressées par la préservation du patrimoine culturel, ainsi que des groupes théâtrales et folkloriques, ainsi que des musiciens.

Ayred
A Tlemcen, les Beni Snous se préparent pour le carnaval Ayred | Credit : Patrick Massaïa

A Tlemcen, en effet, et exactement à La Khemis, Beni Snous, tous les habitants célèbrent Yennayer car ils sont d’origines kabyles. Et il existe un groupe spécialisé dans le patrimoine interprété par des jeunes qui se déguisent en animaux et parcourent les villages pour ramasser de la nourriture, qui est ensuite distribuée aux familles nécessiteuses.

Même les villes du grand sud algérien ont leurs propre façon de célébrer Yennayer, comme Ghardaïa, où la région du Mzab le célèbre généralement dans la nuit du 6 au 7 janvier de chaque année sur la base d’une norme agricole basée sur différents cycles de certaines plantes qui annoncent le début de la saison hivernale pour l’année agricole dans cette région qui se caractérise par son climat sec.

R’fis
Le fameux R’fis du M’zab

Au cours de Yennayer, tous les membres de la famille se réunissent autour du plat “Refis”. Il est également de coutume de décorer la table familiale d’un plateau à thé. D’autres plats sont préparés à cette occasion, notamment “Al-Sharshim” et “Shakouka” ou “couscous” dans la nuit du 11 au 12 janvier. Le Yennayer, alors, est une occasion de renforcer les relations parentales et la chaleur familiale…

Toutes les Wilayas se préparent à célébrer l’occasion de Yennayer, et tout le monde s’unit dans les manifestations, où différents spectacles sont organisés à cette occasion selon les rituels et les bonnes habitudes héritées des générations…