Histoire des noms algériens – origine et évolution par Kossay Zaoui

Le patronyme est un support de notre identité. C’est un héritage familial inaliénable. Il nous parvient du fond des âges comme une chaîne qui nous lie à un ancêtre. A cheval entre la science du langage et l’histoire, ce nom si familier à notre mémoire recèle parfois le code d’accès qui perce le secret d’énigmes séculaires. Bon nombre de noms de famille sont tirés de noms de lieux (toponymie).

Il se trouve que tous les noms de lieux, de villes et village, de cours d’eau, de vallées et de montagnes portent des noms Amazighes à quelques rares exceptions. Parmi les synonymes de montagne en Amazighe, nous relèverons, par exemple, Amour qui va donner Ammouri, Amraoui.

En comparant la carte d’Algérie avec celle de l’Espagne, on constate ce paradoxe : la toponymie espagnole est nettement plus arabisée que celle d’Algérie. Adrar qui va donner Drari.
Amour, un pic des Aurès, qui va donner Ammouri, Amraoui. Le Touat, par sa position stratégique sur la route du Soudan, a donné les Touati.

Oued Draâ, dans le sud-ouest a donné les Draï. Metidja a donné les Metidji. Tayebi désigne un originaire de Tayiba (la douce) qui est la cité de Médine, qualifiée ainsi par le Prophète (QSSSL). Aggoun, Laggoun, (ne pas confondre avec le muet en arabe) sont également des toponymes qui désignent un relief. (Plateau surélevé, plateforme dominante comme la Table de Jugurtha dans la zone est des Aurès.)