La mosquée El Mwahiddine a été construite sous terre dans l’état d’El-Bayadh (la daïra d’al-Raqsa) situé dans (sud-ouest de l’Algérie). Elle est considérée comme une mosquée unique au niveau de l’Algérie et le monde islamique, malgré le fait que de nombreux Algériens ignorent l’existence d’une telle mosquée.

Cependant, les habitants d’El Bayadh sont bien conscients de son histoire, qui remonte à la période coloniale française en Algérie dans les années 1940.

Mosquée El Mwahiddine, la première mosquée souterraine d’Algérie

La mosquée El Mwahiddine a été bâtie en 1940 avec une superficie de 200 mètres carrés par le cheikh Sidi Mohamed Ben Bhos, dans cette période colonial l’occupation française empêché la construction des mosquées ce qui a donné l’idée au cheikh de là construire sous terre, elle est toujours en bon état à l’heure actuelle.

Cheikh Muhammad bin Bahous

Cheikh Muhammad bin Bahous, qui a réussi à tromper l’armée coloniale française en construisant une mosquée souterraine, s’est retrouvé puni 20 ans plus tard pour le “crime d’établir une mosquée”, après que l’occupation française a réussi à découvrir l’emplacement de la mosquée.

Mosquée El Mwahiddine, la première mosquée souterraine d'Algérie
Mosquée El Mwahiddine, la première mosquée souterraine d’Algérie

Les dirigeants de l’occupation se sont empressés d’arrêter Cheikh Muhammad bin Bahous et de le placer en résidence surveillée jusqu’à ce qu’il décède l’année du déclenchement de la révolution de libération algérienne en 1954.

Mosquée El Mwahiddine, la première mosquée souterraine d’Algérie

Pendant la période coloniale française, plus de 375 étudiants algériens qui avaient mémorisé le Saint Coran ont obtenu leur diplôme d’études coraniques, et un grand nombre d’entre eux ont rejoint les rangs de la glorieuse révolution de libération algérienne, car c’était à cette époque une cachette pour les moudjahidines algériens.

Mosquée El Mwahiddine, la première mosquée souterraine d’Algérie

L’histoire de la mosquée est honorable pour l’histoire de l’Algérie. C’est une histoire qui raconte la lutte d’un peuple et son insistance à préserver son identité islamique que le colonialisme français a tenté d’effacer par tous les moyens “illégaux”, qui ont duré 132 années.