Alger, la capitale blanche d’Algérie regorge de joyaux architecturaux. Il possède également de nombreux musées. Avec un musée d’art ou un musée d’histoire, les passionnés des musées ne seront pas déçus.

Comment trouver votre chemin vers les Top 5 musées incontournables à Alger? Quels musées valent vraiment la peine d’être visités? Nous vous invitons à partir sur la route des musées à Alger. C’est l’occasion de découvrir ou redécouvrir le lieu magique d’Alger.

Le musée national des beaux-arts: le must-do

Le musée des Beaux-Arts d’Alger est un incontournable en raison de son impressionnante collection! Outre son catalogue d’œuvres, ce qui me fascine le plus, c’est la beauté du bâtiment lui-même. De style Art Déco, vous ne le manquerez pas une fois descendu du bus. Derrière vous se trouve l’entrée du Jardin d’Essai, et devant vous se trouve ce bâtiment blanc imposant, situé sur le promontoire, face à la mer comme un paquebot.

Il y a plus de 8 000 œuvres (sculptures, peintures, œuvres d’art, etc.) et de nombreux noms célèbres y sont exposés. Dans la liste des artistes étrangers suivants: Monet, Renoir, Pablo Picasso et Rodin. A côté d’eux, il y a de nombreux peintres algériens, comme Baya et Khadda.

Le musée Bardo: les amateurs d’histoire seront ravis!

Êtes-vous passionné d’histoire, en particulier de l’Empire ottoman? Bienvenue dans ce magnifique palais du 18ème siècle et voyagez à travers le temps et l’espace.

Cette authentique résidence mauresque est une combinaison parfaite de style architectural arabe andalou et de style impérialiste ottoman. Après m’être transformé en musée, je me suis heureusement promené dans ce lieu unique et j’ai exploré l’intérieur de cet ancien palais.

Décorées de céramiques et de fer forgé, sans oublier les arbres précieux, mes yeux sont heureux de ce qu’ils voient. Le point d’entrée de la vie permet de s’y immerger véritablement: ici, des mannequins en tenue traditionnelle s’habillent et des femmes assises par terre en dégustant un café.

Le Bastion 23 : les origines de la ville d’Alger

Cette résidence de l’Empire ottoman a été construite sur le site d’une forteresse du XVIe siècle, protégée de la destruction et de la restauration, et est maintenant un centre artistique et culturel, et est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Quand j’ai découvert cet endroit complètement magique, j’ai tout de suite été fasciné. Après avoir à peine franchi le seuil, j’ai été transporté dans un passé loin et glorieux.

Ce palais composé de 3 palais: 17, 18, 23 et 6 maisons de pêcheurs (Dueirat) témoignent de cet héritage et prouve encore à ce jour l’extension du fort S à la mer jusqu’au XIXe siècle. Le palais 18 est l’endroit le plus remarquable. J’ai été fasciné par la terrasse, la chambre “isolée”, la salle de bain “hammam”. J’ai passé un long moment à admirer tous les détails d’inspiration mauresque, tels que des carreaux de poterie exquis, des colonnes de marbre majestueuses et des portes en bois ornées.

Le musée d’arts modernes : le musée le plus moderne d’Alger

Imaginez un bâtiment exceptionnel de style mauresque construit au XIXe siècle, autrefois connu sous le nom de galerie d’art algérien, renaît de ses cendres et devient un palais d’art moderne. Alger l’a fait, honnêtement, elle l’a fait! L’ancien centre commercial a été entièrement rénové pour mettre en valeur et mettre en valeur la beauté du bâtiment de deux étages. En termes d’emplacement, ce voyage vaut le détour. En termes de contenu, tout dépend de l’exposition à l’époque. Je vous suggère de suivre le calendrier des événements sur leur site Web.

Autre petite particularité: le musée est idéalement situé dans le centre d’Alger sur la rue commerçante Larbi Ben M’Hidi. Il n’est pas loin de la noble Grande Poste et de la fabuleuse place Amir AbdelKader.

Musée Nationale des Arts et Traditions Populaires : Le musée le plus folklorique d’Alger

J’aime me promener dans la légendaire Casbah d’Alger. Ses ruelles labyrinthiques sont pleines de surprises, et l’une de mes dernières découvertes vous laissera indifférent!

Ce qui rend le quartier si puissant, ce sont ses maisons, ces «snacks», dont certains ont été transformés en hôtels ou musées pour continuer à soutenir, préserver et partager d’abord sa beauté. Je suis tombé amoureux de Dar “khedaoudj El Amia” et de sa célèbre légende. On raconte qu’une très belle princesse a passé plusieurs heures à s’admirer dans le miroir de la maison, a finalement perdu la vue et est devenue aveugle.