Yemma Gouraya

Connaissez-vous la légende de Yemma Gouraya ?

Les paroles de la vieille chanson traditionnelle amazighe disent : « Aya Sidi Balawi.. Ay Yemma Gouraya », alors qui est Yemma Gouraya, chantée par les habitants de Béjaïa (ⵠⴳⴰⵢⴻⵜ) ? Est-ce qu’elle est une légende ou une combattante ?

MAR MEDITERRÂNEO | TIME LAPSE
MAR MEDITERRÂNEO | TIME LAPSE

Il y a eu un débat sur la réalité de Yemma Gouraya, est-ce une réalité ou un mythe ? Mais tout le monde s’accorde à dire que l’histoire remonte à l’époque de la colonisation espagnole de Béjaïa en l’an 1510 après JC, ce qui est indiqué par une plaque d’introduction au sommet de la montagne, sans aborder l’histoire de cette femme.

La montagne Yemma Gouraya

Béjaia Amazigh Yacine
Cap Carbon (Béjaïa) – Credit Photo: Amazigh Yacine

Elle s’étend sur une longue distance et est parsemée de paysages magnifiques, ce qui a incité les autorités à transformer l’endroit en une enceinte naturelle nationale, contenant des plantes, des arbres et des animaux. L’UNESCO a désigné la montagne Yemma Gouraya réserve naturelle mondiale en 2004, et il comprend 5 lieux touristiques, dont la forteresse de Yemma Gouraya, la tête des singes « Ras el karda », le Cap de Carbone « Ras Carbone », qui sont tous des sommets montagneux et le “Magbad Zigwad “.

Gouraya, la sainte

Vue Béjaia
Vue sur la ville de Béjaïa – Photo: Cazanovapro

De nombreuses personnes de Béjaïa et de l’étranger visitent chaque jour le sommet du montagne Yemma Gouraya, où se trouvent les ruines d’un château, connu de tous comme le sanctuaire d’une mystique « sainte » qui a vécu il y a des siècles.

La montagne Yemma Gouraya apparaît de loin sous la forme d’une femme endormie, selon la vieille histoire, et les gens sont désireux d’effectuer des prières et d’allumer des bougies près du château délabré.

La première narration dit que le nom Gouraya remonte à l’an 429 après JC lorsque les Vandales ont conquis la ville de Saldey (l’ancien nom de Béjaïa), et le nom de Gouraya en langue vandale signifie la petite montagne.

Mais le nom de Gouraya a disparu avec l’entrée des musulmans dans le pays en 1516, et le nom « Amisom » est réapparu, qui est le nom d’origine de la montagne, alors que les récits disent que « Gouraya » signifie Rebelle.

Il y a un dicton à Béjaïa sur la langue de ses habitants que “Béjaïa a 99 saints, dont le dernier est une femme”. Et que Gouraya est une femme espagnole converti à l’islam et devenu parmi les défenseurs de la ville contre l’invasion espagnole elle-même, et c’est pourquoi il s’appelait “La gardienne de la ville”.

L’amant de Gouraya

ca2fcfd89198865ca557ac391b3782ba
Pic des singes – Randonnée sur la montagne du parc Gouraya, sur le Cap Carbon à Béjaïa ville | Credit : © Nora Zaïr

La deuxième narration berbère dit que Gouraya est une fille innocente qui vivait dans l’un des villages de Béjaïa. Ses parents ont décidé de la marier à un homme qu’elle ne connaissait pas, alors elle s’est réfugiée au sommet de la montagne, en priant à Dieu pour la sauver de l’époux, et elle y est restée jusqu’à sa mort, alors la montagne a porté son nom et a transformé la haute altitude en un sanctuaire où les gens vont vers lui pour implorer la réponse de Dieu, comme elle l’a fait.

Une autre narration dit qu’elle est une très belle fille, qui est tombée amoureuse d’un homme appelé Tishi, mais sa famille a refusé de l’épouser, alors elle est descendue dans la montagne et y est restée pour le reste de sa vie, jusqu’à ce qu’elle quitté la vie.

Gouraya la rebelle

Le souk de Béjaïa à proximité de la mosquée Sidi Soufi début du xxe siècle
Le souk de Béjaïa à proximité de la mosquée Sidi Soufi (début du xxe siècle).

L’histoire de Yemma Gouraya, la Femme résistant aux Espagnols, reste le plus fort des autres. Cette femme n’était ni une amante ni une gardienne, mais plutôt une résistante à l’invasion espagnole de Béjaïa. Elle a résisté aux côtés des frères ottomans Khair al-Din et Barberousse en 1516 après JC, lorsque Béjaïa et Jijel firent appel à eux contre l’invasion espagnole.

Les résultats d’une recherche d’ingénierie historique menée par l’ingénieur algérien Malek Aït Hamouda ont confirmé que l’histoire de Yemma Gouraya est réelle et non le fruit de l’imagination, et Ait Hammouda a fait des déclarations à la presse à ce sujet. L’ingénieur algérien, originaire de la région de Kabylie, a affirmé que Yemma Gouraya était rebelle contre les Espagnols, tout comme Lalla Fatma N’Soumer était rebelle contre les Français.