Les gravures rupestres de la vache qui pleure se trouvent à environ 25 km de l’oasis de Djanet, dans le sud-est de l’Algérie, en limite orientale de l’erg Admer, vers le Tassili n’Ajjer, dans la région de Tigharghart. Dans le parc culturel du Tassili émerge du sable un grand monolithe. Sur l’une de ses faces apparaissent les gravures. Elles sont datées de plus de 7000 ans.

Description de la vache qui pleure

Les gravures rupestres de la vache qui pleure sont un chef-d’œuvre de la sculpture néolithique. Réalisées en bas-relief, les gravures sont d’une facture et d’une harmonie extraordinaires, faites de profonds sillons creusés dans la roche. Penchées vers une petite dépression au pied du rocher, les gravures représentent un petit troupeau de bovidés. Les vaches semblent attendre l’arrivée de l’eau pour y boire. La larme que verse une de ces vaches a suscité de nombreuses interprétations et légendes.

Pourquoi la vache qui pleure, pleure-t-elle?

Selon certains, lorsque l’eau manque dans l’organisme des vaches, leurs yeux secrètent un liquide… Selon d’autres, il s’agit simplement d’une marque de couleur différente du reste du corps de l’animal. Mais la légende la plus répandue, et celle que vous raconteront les guides si vous êtes en visite dans la région, est la suivante : « ces vaches venaient pâturer dans le coin, et il y avait une guelta d’où elles s’abreuvaient. Pendant les périodes de sécheresse, il devenait rare de trouver de l’eau, d’où cette larme qui coule de l’œil de ces vaches. L’artiste a voulu immortaliser cette image en faisant cette gravure »*.

Il convient de préciser que la désertification ne s’est pas mise en place de façon linéaire ou subite. Des fluctuations climatiques ont en effet provoqué une alternance entre période humides, qui encourage et favorise l’installation humaine, et les période aride.

La vache a longtemps pleuré avant de rire (Vidéo)