Des animaux en Algérie dont vous navez probablement pas lidée de leur existence

Des animaux en Algérie dont vous n’avez probablement pas l’idée de leur existence

En Algérie, il existe des centaines d’espèces animal qui sont malheureusement de plus en plus rare dans le monde entier, mais on peut trouver des animaux au nord d’Afrique qui sont sublimes et exotiques, aujourd’hui on vous fait voyager à travers cette liste vers un monde qui est différent du nôtre, une Algérie particulière, voici quelques animaux les plus mémorables, les plus spécial que vous n’avez probablement pas eu l’idée de leur existence en Algérie :

Les flamants roses

flamants roses
L’Algérie vue du ciel – A la rencontre des flamants roses | Credits : Bensaci 30 Photography

Parlons de ce danseur connu par le monde entier, visiteur inattendu de la France et d’Espagne vers le Sahara, Ouargla, Oran et au lac Télamine et d’autres régions algériennes.
Pour ces oiseaux migrateurs la chaleur du désert ne les affecte pas, au contraire ils immigrent quand le climat occidental devient moins ardent pour eux, certains pensent que la nourriture en désert est moins disponible par rapport aux autres régions, pourtant c’est bien pour se nourrir que les flamants roses se nomadisent au désert algérien.

Les loutres

otter g313af53fb 640
Image by S. Hermann & F. Richter from Pixabay

Ces Mustélidés sont vraiment rares mais ont été déjà aviser à Bejaïa, on l’appelle généralement en Algérie le chien d’eau.
Le régime alimentaire de ces derniers comprend surtout des poissons, mais aussi des grenouilles, du crabe et des vers. Ils existent encore dans la nature mais en infime flopée, c’est une bête aussi dynamique que joueuse, aussi discrète qu’agile c’est une nageuse exceptionnelle, rapide et aisée sous l’eau grâce à sa vision subaquatique.

Le loup doré

Lake abiata wolf 1
Le loup doré – Credit : Håkan Pohlstrand

Le loup doré africain est présent à l’Afrique du nord et du nord Est, accoutumé aux zones désertiques.
Pointant les invertébrés comme les insectes, les mammifères comme les gazelles, les ovins, ou même les sangliers. Vous pouvez trouvé cet animal en montagne ou en désert algérien.

Le Fennec

fennec
Le fennec, l’animal emblématique de l’Algérie

Presque la majorité des algériens ont conscience de l’existence de cet animal, c’est le plus connu de cette liste mais comment peut-on s’en passer de ce renard du sable ? Il est même la mascotte de l’équipe nationale du football algérien mais son existence se résume seulement aux Sahara plus précisément concentré aux frontières algériennes et la péninsule du Sinaï en Égypte.

Dernièrement le Fennec algérien a plus de difficultés à trouver sa nourriture car il est omnivore, son régime alimentaire se constitue de poisson de sable que les habitants du Sahara chassent, heureusement pour cet animal il existe d’autres sources alimentaires dont les souris, les insectes et les fruits. Pour l’indispensabilité de l’eau chez ce petit renard ce n’est pas vraiment un obstacle car certains insectes figurant dans son régime sont constitués de 70 % d’eau.

Les Varans

28700697587 070ffbcf45 b
Credit : Adrien Farese

Ce sont de très grand lézards qui se différencient des autres par leur long cou, ils peuvent atteindre jusqu’à 3 m de longueur.

Leurs habitats se trouvent dans les régions tropicales et sous-tropicales de l’Afrique, de l’Australie et de l’Asie. En Algérie on les trouve principalement au désert comme la majorité des animaux de cette liste. La plupart de ces espèces sont terrestres ou s’enfouissent sous terre pouvant atteindre 1 m de profondeur, vous pouvez aussi les trouver dans les failles de falaises ou sous les rochers.

L’Uromastix

28529421497 af52691aab b 1
L’Uromastix – Credit : Vojtěch Víta

Il existe 15 espèces de cet animal, ce saurien on le dégote dans le Nord-Africain et au Moyen-Orient.
L’une des races qu’on peut trouver en Algérie c’est l’Uromastyx geyri Cette espèce se rencontre notamment au Mali et au Niger, ils se discernent entre eux par rapport à la couleur du dos mais en Algérie on peut trouver plein de couleurs pour ce petit agame (rose, vert pistache, rouge, jaune…).

Le Mouflon à manchettes

photo.1399691 1 scaledDemeurant les montagnes désertiques du Nord de l’Afrique, ils sont parfois appelé mouflon de Barbarie ou chèvre de sable, l’espèce a disparu en Libye mais existe toujours en Algérie vers les montagnes.
Sa taille moyenne est de 1,7 m de long pour un poids de 40 à 140 kg. Le mâle adulte porte des cornes qui aboutissent 85 cm de long, pour la femelle ayant des cornes de 40 cm, c’est un animal fascinant.

Le Renard roux

renard 112202
Le Renard roux

Il s’agit du renard le plus répandu en Europe, en Australie, en Amérique du Nord, en Afrique du Nord et en Asie.
Il est estimé comme un animal rusé, et très connu dans les représentations des contes, comme dans les fables d’Ésope et Jean de La Fontaine, ou dans les légendes asiatiques, où il est décrit comme malicieux. Il est malheureusement chassé pour sa fourrure et parfois juste pour le plaisir, pour les amateurs d’animaux sauvages ce renard n’est pas insolite mais savoir qu’il existe en Algérie c’est ahurissant.

Gypaète barbu

Gypaète barbu
Gypaète barbu – source : Midi Libre

Cette Accipitridé est une espèce présente en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe, il est considéré comme un vautour.
Sa longueur est entre 1 m à 1,5 m. Son poids est de 5 à 7 kg, sa dernière apparition était au Parc National de Theniet El Had dans la wilaya de Tissemsilt au Nord-ouest de l’Algérie. Une espèce très rare au nord d’Afrique il n’y a que 5 à 10 couples au Maroc et considéré comme disparu en Tunisie.

Félise Serval

Félise Serval
Félise Serval

C’est un chat africain de grande taille avec une petite tête. Il a de grandes oreilles ovales dressées.
Le serval est un animal typiquement africain qui se rencontre dans les montagnes, dans les forêts, ainsi que dans les régions désertiques. C’est une espèce qui est active plus souvent la nuit, mais peut parfois être active le jour. Le serval se nourrit de rongeurs, de lièvres, de poissons, de lézards et de végétaux.

En Algérie actuellement ces chats sauvages font l’objet de recherches au niveau de l’Institut national d’agronomie d’El Harrach, à Alger. Ils sont amicaux et simple à domestiquer, ils s’attachent trop à leur maître. Par ailleurs les Anciens Égyptiens le considère comme un dieu au même titre que les autres chats.