Netflix

“Until the end of time” Un film 100% Algerien Sur Netflix

La célèbre plateforme américaine Netflix, dans l’une de ses premières, vient de diffuser un film algérien dans son intégralité, selon la page Facebook officielle de l’ambassade des Etats-Unis en Algérie.

“Jusqu’à la fin des temps”, tourné à Mostaganem en 2017, a été réalisé par la talentueuse Yasmine Chouikh, comme son premier long métrage. Elle a aussi réalisé deux courts métrages “La porte” (2006) et “Les djinns” (2010), ainsi qu’une série télévisée diffusée en 2015 par la télévision algérienne. Elle est la fille du réalisatrice et scénariste Yamina Bashir et du réalisateur Mohamed Chouikh. Je suis diplômé en psychologie et en éducation. Elle est directrice artistique du Festival international du court métrage de Taget.

LG Wing Unboxing and at a loss for ...
LG Wing Unboxing and at a loss for words :-O

Le film a reçu plusieurs récompenses, comme le South Film Award lors de la septième session du Brussels Film Festival en Belgique, et le prix de la meilleure performance masculine lors de la 12e édition du Festival international du cinéma féminin à Sale au Maroc, été du héros du film, Jilali Boujamaa.

Et ce n’est pas tout ! Depuis sa sortie dans divers cinémas nationaux et internationaux, cette œuvre brillante a remporté une longue liste de prix, dont le dernier fut le Prix d’Or du Festival d’Oran du Film Arabe.

Netflix
“Until the end of time” Un film 100% Algerien Sur Netflix | Credit : Netflix

“Jusqu’à la fin des temps” a également été nominé pour représenter l’Algérie dans la compétition du meilleur film étranger, dans le cadre des Oscars pour l’année 2019.

La réalisatrice Yasmine Chouikh a réussi à redonner vie au cimetière qui symbolise la fin des vies. Le lieu des morts est devenu un lieu de cohabitation durant ces 90 minutes. Elle a également confirmé à travers son travail que l’amour n’a pas de reconnaissance d’âge, mais qu’il est toujours possible de tomber amoureux quand le cœur bat la chamade.

En outre, cette histoire d’amour inachevée a commencé entre la veuve de soixante-dix ans Johar et Ali, creuseur et gardien de cimetière qui a dépassé ces soixante, lorsqu’elle s’est rendue sur la tombe de sa sœur décédée après avoir fui la maison à cause des violences. Johar cherche à préparer la tombe pour se coucher à côté de sa défunte sœur. Mais ses préparatifs pour quitter le monde s’arrêtent soudainement quand elle tombe amoureuse avec Ali qui a accepté demande inhabituelle.

Les rencontres entre Johar et Ali se sont transformées plus tard en une relation émotionnelle, cela lui a poussé à la demande en mariage, mais Johar a refusé. Ali n’a donc pas trouvé d’autre solution que de quitter cet endroit où il avait vécu longtemps.

Le film pose aussi un regard critique sur le mode de vie rural et la situation des femmes dans une société fanatique et arriérée à travers des images « satiriques » de certaines croyances et pratiques arriérées. La réalisatrice, qui s’est appuyée sur des plans d’ensemble et des paysages illustrant l’environnement rural dans lequel se déroule l’histoire, a réussi à faire.

Cinématographique entre « Making of Film » et le Centre algérien pour le développement du cinéma, a bénéficié d’un financement partiel via le Fonds pour le développement de l’art, de la technologie et de l’industrie cinématographique. Le casting, à l’exception de Jamila Aarrass et Iman Nawal, est composé d’acteurs novices comme Boudjemaa Djilali, qui a interprété le personnage principal du film (L’Excavator).