Transport aérien et maritime privé en Algérie

Transport aérien et maritime privé en Algérie : 24 demandes d’investissement avalisées

Les prix des billets d’avion ont fortement augmenté en raison du fort impact de la pandémie mondiale de Covid19. En Algérie, les autorités ont pris des mesures pour faire baisser les prix des vols intérieurs, le ministre des Transports Aissa Bekkai promettant de baisser les prix des vols internationaux alors que l’espace aérien s’ouvre aux investissements privés.

Lors de son passage, lundi, dans le « Forum de la radio », diffusée sur les ondes de la radio Chaine 1, M. Bekkai a révélé que « 15 entreprises privées ont obtenu des accords de principe pour l’investissement du transport aérien ». Tandis que 9 accords de principe ont été accordés dans le domaine du transport maritime, de personnes et de marchandises.

Ouverture de l’espace aérien à l’investissement privé: 15 entreprises ont obtenu des accords de principe

Revenant sur le potentiel et l’emplacement stratégique de l’Algérie, le ministre a affirmé que son département travaille pour la réunion des conditions nécessaires à la construction d’un hub (plate-forme de correspondance aéroportuaire).

« Nous travaillons également à incarner les instructions du Premier ministre pour que les ports fonctionnent 24 heures sur 24, sept jours sur sept, en renforçant le contrôle en coordination avec le ministère du Commerce pour avoir une fluidité dans le processus de chargement et de déchargement des marchandises », a-t-il ajouté.

« Nous avons plus de 30 aéroports et nous disposons de moyens de surveillance aérienne.
Certains appellent à la création d’un hub reliant l’Afrique au reste du monde et nous sommes entrain de réunir les conditions pour concrétiser ce projet », a-t-il fait savoir.

« La balle est désormais dans le camp de ces investisseurs privés, surtout avec les nombreuses facilités qui leur sont accordées dans le cadre de la loi », affirme le ministre. Questionné sur le risque de voir l’affaire Khalifa se reproduire à nouveau en Algérie dans le secteur du transport aérien privé, le représentant du gouvernement a répondu que « le ministère des Transports veillera sur les conditions de l’exercice du transport aérien et maritime privé selon les lois en vigueur ».

Dans le même contexte, le ministre a indiqué que la première étape consistait à exonérer de la taxe sur la valeur ajoutée les billets de transport aérien des passagers de ou vers le Grand Sud, et qu’elle s’étendra à certains autres wilayas.