vacances Algériens

Tariq Al-Saghir : les Algériens dépensent 3,5 milliards de dollars par an pour leurs vacances

Le président-directeur général adjoint du Complexe hôtelier de tourisme thermal, Tariq Al-Saghir, a révélé la valeur de ce que les Algériens ont dépensé pour leurs vacances et leurs transports à l’intérieur et à l’extérieur du pays, estimé à 3,5 milliards de dollars par an, selon une étude menée par le complexe en 2019.

Le porte-parole a déclaré mercredi dans une déclaration à la radio algérienne que les Algériens dépensent 3,5 milliards de dollars par an pour leurs vacances et leurs transports, se référant au nombre estimé de 2,4 millions de visiteurs en Algérie chaque année, dont 1,3 million en provenance de Tunisie pour des raisons commerciales.

Tandis que 5,73 millions de touristes quittent l’Algérie, dont 2,8 vont en Tunisie, à laquelle l’Algérie contribue – selon lui, avec 70% de ses revenus touristiques.

A cet égard, il a souligné la nécessité d’inverser l’équation, conformément aux instructions et directives des hautes autorités du pays pour trouver les moyens d’attirer ce grand nombre de touristes vers la destination locale.

Evoquant l’achèvement des démarches d’accueil des vacanciers durant la saison, le porte-parole s’est dit optimiste quant à cette saison, qui intervient après deux ans de la crise sanitaire que le monde a connue, attendant le retour de l’activité normale de l’établissement, notamment après la une forte demande pour les services des institutions du complexe de toutes sortes, telles que le tourisme côtier, montagnard et fébrile.

Le porte-parole a souligné que les capacités de l’Algérie ne sont pas comparables aux capacités de l’environnement immédiat en raison de la situation de l’Algérie dans la région méditerranéenne, qui est l’une des destinations touristiques préférées de 70% des touristes mondiaux.

Ainsi – ajoute le conférencier – le tourisme algérien vit au milieu d’un marché touristique mature, ce qui explique la concurrence féroce sur les prix qui nous oblige à rédiger une vision et des objectifs clairs à moyen et long terme.

L’orateur a attribué les prix élevés des offres, ou ce qu’il a appelé le manque de prix compétitifs, au souci des responsables de maintenir l’équilibre financier de l’établissement public.

Afin de le tourisme intérieur en Algérie, Tariq Al-Saghir a expliqué que le complexe a élaboré une stratégie pour l’avancement du secteur d’ici 2030 basée sur quatre axes principaux liés à la réhabilitation et à l’équipement des institutions du complexe à travers le pays et sa numérisation complète, ainsi que la formation et le développement des compétences des ressources humaines.

Le porte-parole a indiqué que la réhabilitation de 31 établissements, dont le complexe de traitement d’eau de mer de Sidi Fredj dans la capitale, l’Hôtel  Zianides à Tlemcen, et Andalous à Oran, attend la réhabilitation et le renouvellement d’autres hôtels, comme l’Hôtel Alger à la capitale.