Une trentaine de safranières réparties sur plusieurs wilayas du territoire nationale, sont ciblées par le projet Prima “Saffronfood” qui vise à promouvoir la production de safran biologique à travers six pays, dont l’Algérie, a-t-on appris, vendredi, des concernés.

Selon le responsable de la communication à l’Association nationale des producteurs de Safran (ANPS), Amir Beladel, le projet ” Saffronfood”, coordonné par l’Espagne et lancé cette année à travers six pays qui sont l’Algérie, l’Italie, la France, l’Allemagne, l’Espagne et le Portugal, vise à améliorer quantitativement et qualitativement la production du Safran Biologique, grâce à l’apport de la science.

Une trentaine de safranières biologiques, membres de l’ANPS, réparties sur le territoire national (Nord, Est, Ouest et Sud), à raison d’une à deux safranières par wilaya, et de 17 pour Tizi-Ouzou, région montagneuse qui, de par son relief, dispose de plusieurs microclimats (différentes altitudes, mer), participent à ce projet, a-t-on ajouté de même source.

Dans le cadre de ce projet, il a été procédé, jeudi dernier, à l’installation d’un système d’irrigation intelligent conçu par le Centre de recherche scientifiques et Technique sur les Régions Arides (CRSTRA) de Biskra, au niveau de la safranière-pilote de M. Beladel, sise au village El Ainser dans la localité de Draa El Mizan, au sud-ouest de Tizi-Ouzou, a-t-on appris de ce safranier.

Selon ce même producteur, 9 autres safranières de Tizi-Ouzou vont bénéficier d’enregistreurs de paramètres climatiques pour obtenir les données de chaque région, qui seront transmises directement au CRSTRA, pour étude.

Pour les 7 safranières restantes (sur les 17 de la Tizi-Ouzou qui participent au projet) il sera procédé à des analyses du sol et du safran produit, gratuitement, pour connaître la qualité et décider si les cultivateurs doivent améliorer leur production, a-t-il indiqué.

Chaque wilaya participante va bénéficier d’un projet de recherche du CRSTRA, selon M. Beladel, qui a observé que Saffronfood travaille aussi sur d’autres volets plus techniques, à but médicinal, culinaire et cosmétique, en s’intéressant, notamment, aux produits dérivés et aux composants volatiles du safran.