Mois du patrimoine

Mois du patrimoine 2022: cap sur le patrimoine immatériel algérien

Comme chaque année, l’Algérie célèbre à partir du 18 avril la richesse et la diversité de son patrimoine culturelle matériel et immatériel par un programme d’activités à travers les musées et autres établissements spécialisés, visant à promouvoir et vulgariser ce legs tout en faisant le bilan en matière de préservation.

Placé sous le thème “Patrimoine immatériel, identité et authenticité”, le mois du patrimoine sera particulièrement orienté, cette année, sur l’aspect immatériel et d’autres éléments comme le costume et le bijoux traditionnels, les manuscrits, ou encore la distillation d’eau de fleurs avec l’objectif de faire prendre conscience au citoyen de l’importance et de la richesse de sa culture.

Le mois du patrimoine, qui se déroule entre la Journée internationale des monuments et des sites (18 avril) et la Journée mondiale des musées (18 mai) sera accueilli en majorité par les musées nationaux comme le Bardo, le Cirta, les musées des arts et traditions populaires, les musées de Cherchell et de Tébessa ou encore celui de la Marine, en plus des musées de sites, comme le palais du Bey de Constantine et le Bastion 23 à Alger, et les parcs culturels nationaux.

De nombreuses expositions en lien avec des métiers de l’artisanat comme la dinanderie, le bijoux et le costume traditionnel sont au programme de ces établissements qui proposent également une très grande variété de rencontres et tables-rondes thématiques sur différents éléments du patrimoine immatériel, la préservation, la restauration l’inventaire ou encore les arts et traditions populaires.

WALKING TOUR ROME | CAMINHANDO EM R...
WALKING TOUR ROME | CAMINHANDO EM ROMA | PT I

Du côté des parcs culturels nationaux, l’Office de protection et de promotion de la vallée du M’zab, (Opvm) prévoit une série d’expositions sur les traditions et les matériaux locaux de construction en plus de rencontres sur le patrimoine oral, les manuscrits, le rapport à l’eau, et d’ateliers de formation.

Les parcs culturels de l’Ahaggar (Tamanrasset) et du Tassili N’Ajjer (Djanet) proposent également des activités de promotion du patrimoine immatériel local et de nombreuses sorties pédagogiques destinées aux enfants scolarisés. Le parc culturel de Tindouf propose pour sa part des activités de sensibilisation et des ateliers à différents métiers de l’artisanat comme l’extraction d’huile d’argan.

De nouveaux dossiers de classement au patrimoine mondial de l’humanité

L’année 2022 qui connaît une attention particulière pour le patrimoine culturel immatériel est également marquée par le dépôt de deux nouveaux dossiers de classements au Patrimoine mondial de l’humanité auprès de l’Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), “La musique Raï” et “les métiers et savoir-faire liés au travail du métal”.

Un comité d’experts et de chercheurs du Centre national des recherches préhistoriques anthropologiques et historiques (Cnrpah) a enrichi et déposé ce dossier pour la prochaine session du Comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, une session qui devra également étudier le dossier relatif aux arts, au savoir-faire et aux pratiques de la gravure sur le cuivre, l’or et l’argent, coordonné par la République d’Irak et avec la participation de pays comme l’Algérie, la Tunisie, l’Egypte, la Mauritanie, la Palestine, ou encore l’Arabie Saoudite.

Ces deux nouveaux classements potentiels viendront s’ajouter aux huit autres éléments figurant déjà sur cette prestigieuse liste au nom de l’Algérie, que sont l’Ahellil du Gourara, le costume nuptial de Tlemcen, pèlerinage annuel au mausolée de Sidi Abd El Kader Ben Mohamed dit “Sidi Cheikh”, l’Imzad, la cérémonie de la Sebeïba, le Sbuâ (célébration du Mawlid Ennabaoui dans le Gourara), le couscous et la calligraphie arabe.

APS