La wilaya de Tamanrasset, et plus précisément la daïra de Silet, va devenir le pôle de la marbrerie en Algérie. C’est ce qui ressort de la visite du ministre de l’énergie hier dans la région.

Les données de l’ORGM sont claires : ce gisement s’étale sur une bande de 100 km et recèle un marbre de très bonne qualité aux couleurs diverses. Découvert durant les années 1970, ce gisement a déjà été attribué à un opérateur privé, mais qui n’a pas pu l’exploiter pour un problème de fracturation. La fracturation de la roche ne permet pas d’extraire de gros blocs de marbre.

Toujours est-il que ce gisement est exploitable en surface pour la fabrication de la poudre de marbre, du granito. La diversité de couleurs qu’il propose permet aussi son utilisation dans la fabrication de bijoux. Ce gisement peut également être un pourvoyeur de chaux pour la mine d’or d’Amesmessa, à condition, bien sûr, qu’il y ait un investissement en la matière.

D’ailleurs, le ministre a instruit ses interlocuteurs à aller dans ce sens puisque l’idée, selon lui, est de créer une activité dans la région. L’investissement n’étant pas lourd, cela va permettre aux exploitants de la mine d’Amesmessa de faire l’économie de la chaux achetée dans la wilaya de Saïda et qui coûte énormément cher juste en transport (200 000 DA le camion).

Pour une meilleure exploitation de ce gisement, le ministre a insisté sur le fait de chercher le long des 100 km de la bande des endroits proches des localités.

Concernant son exploitation, le ministre a instruit les responsables de l’ORGM à pratiquer des sondages en profondeur (30 m) pour jauger les potentialités de ce gisement. Selon un géologue de l’ORGM, si l’on constate que la fissuration diminue en profondeur, le potentiel sera énorme. Cela sera sans doute le plus grand gisement de marbre en Algérie. Par ailleurs, le ministre, citant les potentialités de la région de Tamanrasset, abordera le sujet de la laine de roche et les potentialités qu’offre cette région à cette industrie.

Marbrerie de Silet à Tamanrasset : un gisement aux énormes potentialités | Source : groupe-hasnaoui

Il évoquera, à ce titre, les débouchés offerts à cette industrie en citant la demande à satisfaire en termes de construction de logements. En plus de la marbrerie de Silet, située à plus de 140 km du chef-lieu de wilaya, le ministre a eu à s’arrêter sur plusieurs autres projets de son secteur à Tamanrasset, à l’image du projet de construction d’un dépôt de stockage et de distribution de carburants sur la route de l’aéroport de la ville.

Brahim Hasnaoui : « Il y a, à Tamanrasset, de quoi couvrir la demande mondiale en granit »