En guerre(s) pour l’Algérie

“En guerre(s) pour l’Algérie”, le nouveau documentaire programmé par ARTE (VIDÉO)

Après la série “Alger confidentiel“, la chaîne franco-allemande ARTE diffusera à partir du mois de mars une série documentaire sur la guerre d’Algérie réalisée par l’Institut national de l’audiovisuel (Ina).

Les 1er et 2 mars, les chaînes franco-allemandes diffuseront “En guerre(s) pour l’Algérie” en six épisodes de 52 minutes, mettant en scène des images d’archives parfois méconnues commémorant le 60e anniversaire de la fondation de l’Etat. la fin du conflit.

Soixante ans après les accords d’Évian, cette ambitieuse série documentaire retrace l’un des plus traumatisants conflits coloniaux du XXe siècle. En archives et à travers l’expérience intime de celles et ceux qui l’ont vécu en France et en Algérie, un récit aussi éclairant que touchant.

Trois ans de travail, 180 heures d’entretiens

Au terme de trois ans de travail, les coauteurs et leur équipe ont réalisé 180 heures d’entretiens qui seront mis en ligne en intégralité dès mardi sur le site de l’INA, puis sur la plateforme éducative publique Lumni dès le 10 mars. Ces témoignages constituent aussi le fil rouge de la série documentaire En guerre(s) pour l’Algérie, coproduite avec Arte, qui diffusera les six épisodes de 52 minutes en première partie de soirée les 1er et 2 mars (déjà disponible en ligne sous ce lien).

Mardi 1er mars à 20h50 sur Arte

Épisode 1 : Crépuscule colonial
L’attentat dont Brahim est témoin à bord de son autocar le 1er novembre 1954 marque le début de la guerre de libération algérienne. Le régime colonial instauré depuis 1830 par la France en Algérie est déstabilisé. La France n’a rien vu venir. Et pourtant…

Épisode 2 : L’insurrection algérienne
Pour répondre à la révolte qui gronde sur le territoire algérien, la France veut réagir vite et fort. Elle se lance dans des opérations de répression sans précédent et engage le contingent dans la guerre. Mais plus la France fait preuve d’intransigeance, plus le combat indépendantiste se justifie aux yeux des Algériens. Les maquis fédèrent de plus en plus. Le FLN se structure. En août 1956, il organise son premier congrès.

Épisode 3 : Terrorismes et guérilla
La FLN recourt à la guérilla et au terrorisme aveugle en ville. Pour briser cette révolution, l’armée française est prête à tout. Les indépendantistes du FLN et du MNA se livrent à une lutte sans merci pour s’imposer comme unique représentant du peuple algérien. Le combat pour l’indépendance obtient de plus en plus de soutien à l’international. La France est fragilisée. La IVe République vacille.

Mercredi 2 mars à 20h50 sur Arte

Épisode 4 : «Je vous ai compris»
Le Général de Gaulle arrive au pouvoir. Pour les partisans de l’Algérie française, il est l’homme providentiel. Le FLN annonce la création d’un Gouvernement Provisoire de la République (GPRA) et ouvre un second front en métropole. En Algérie, grâce aux camps de regroupement, aux zones interdites et à sa nouvelle stratégie, la France commence à écraser militairement son adversaire. Fin 1959, le calme semble revenir, mais pour combien de temps ?

Épisode 5 : « Algérie algérienne»
Le Général de Gaulle a décidé de laisser aux Algériens le choix de leur avenir. Cette proposition sera soumise à référendum. Mais à Alger, des ultras de l’Algérie française se révoltent. Alors que le président de la République tente de premières négociations, le GPRA est divisé. C’est l’impasse. En métropole, on commence à s’interroger sur les raisons de prolonger le conflit. Le 8 janvier 1961 le projet d’autodétermination de l’Algérie est adopté. Il ouvre la voie à une indépendance de l’Algérie.

Épisode 6 : L’Indépendance
La victoire du Oui au référendum sur l’autodétermination finit d’exaspérer une partie de l’armée et des Pieds noirs. Les plus radicaux partisans de l’Algérie française fondent un nouveau mouvement clandestin : l’OAS organise de nombreux attentats sur le sol algérien et en métropole. Mais la population algérienne reste mobilisée pour l’indépendance. En mars 1962, un cessez-le-feu est enfin signé. Français d’Algérie, militaires et harkis quittent le territoire dans la précipitation. En juillet, l’indépendance de l’Algérie est proclamée. Une nouvelle histoire commence…