Corsica Linea

Corsica Linea annonce la reprise des traversées vers l’Algérie

Depuis la forte baisse du Covid-19 en Algérie, les gens ont progressivement retrouvé une vie normale, notamment dans le secteur des transports, qui a récemment repris ses activités à l’international.

Après avoir annoncé la réouverture partielle des frontières aériennes le 1er juin, les autorités ont également donné leur feu vert pour rétablir les passages frontaliers maritimes.

C’est pourquoi la compagnie maritime privée française Corsica Linea a annoncé la reprise de la date de transit maritime entre l’Algérie et la France, prévue pour la première fois de Marseille à Alger le 9 novembre. Selon son communiqué, Corsica Linea sécurisera le point de passage frontalier jusqu’en décembre.

Veuillez noter que la même entreprise a annoncé qu’elle n’opérera pas le passage frontalier les 2 et 3 novembre. Pour ceux qui ont réservé une place à ces dates, ils peuvent choisir d’annuler ou de modifier gratuitement, et le premier prix ne changera pas.

Le protocole sanitaire est toujours exigé

Les bonnes nouvelles de la décrue et des reprises n’excluent pas pour autant l’application des mesures préventives. Pareille pour Corsica Linea qui rappelle que le protocole sanitaire est de rigueur compte tenu des dispositions mise en place par chaque pays en occurrence l’Algérie et la France.

Pour Algérie Ferries, l’agent de migration Tewfik Khedim a clarifié la première situation peu claire. Seul un test PCR négatif est requis pour voyager en Algérie, le vaccin n’est donc pas obligatoire, et le test d’antigène obligatoire sera de 1600 DA soit 10 Euros à l’arrivée.

Corsica Linea : le protocole sanitaire

le protocole sanitaire est obligatoire pour tous, et il varie entre les personnes vaccinées et non vaccinées. Pour la compagnie maritime française et son poste frontière Marseille-Alger, voici les conditions à retenir :

La personne vaccinée doit présenter le certificat de vaccination (QR code), le test PCR doit être négatif dans les 36 heures précédant l’embarquement, et le test d’antigène doit être réalisé à ses frais à l’arrivée.

Les personnes non-vaccinées devront présenter un motif de déplacement impérieux, compléter une attestation de sortie du territoire métropolitain, un test PCR négatif dans les 36 heures précédant l’embarquement et subir un test d’antigène à leurs frais à leur arrivée.