La filière de la maïsiculture suscite cette saison de plus en plus l’intérêt des agriculteurs de la wilaya d’El-Oued désirant se lancer dans cette nouvelle expérience faisant partie des cultures stratégiques, a-t-on appris lundi auprès de la direction des services agricoles.

“L’engouement manifesté par les agriculteurs pour cette filière stratégique s’inscrit au titre de développement des diverses expériences agricoles aux grandes incidences économiques, notamment celles ayant fait l’objet d’études prospectives des pouvoirs publics pour le développement de l’agriculture saharienne”, a affirmé le directeur des services agricoles (DSA) de la wilaya d’El-Oued, Ahmed Achour.

Le même responsable a expliqué cet intérêt manifesté par les agriculteurs à cette nouvelle expérience au programme de vulgarisation agricole axé, entre-autres chapitres, sur la nécessaire diversification des cultures stratégiques au regard de leurs retombées économiques, notamment en matière de sécurité alimentaire assurée.

Cette culture stratégique a gagné de plus en plus de terrain eu égard à l’intensification des campagnes de sensibilisation sur les avantages d’investissement, soutien et accompagnement, accordées au titre du développement des cultures stratégiques et la médiatisation des expériences réussies, appuyées par les conditions climatiques et hydro-édaphiques qu’offrent les régions sahariennes, a-t-il dit.

Les services agricoles de la wilaya assurent durant cette phase expérimentale et au titre de l’actuelle saison agricole l’accompagnement de 22 fellahs activant à travers 22 exploitations agricoles répartis sur une superficie globale de 110 hectares, a fait savoir M. Achour. Les résultats encourageants obtenus au titre de la phase expérimentale de ce segment ont incité les agriculteurs de six (6) communes d’opter pour la contribution à l’essor de ce nouveau segment cultural, ont confié à l’APS, des agriculteurs.

La direction table, en perspective de la prochaine saison agricole, sur la mise au point d’un “ambitieux” programme de développement de la filière focalisé notamment sur la vulgarisation des expériences réussies pour encourager de plus en plus d’agriculteurs à adhérer à cette expérience en vue d’étendre la surface maïsicole et accroître la capacité de production de ce segment susceptible de réhabiliter la fertilité et la productivité des terres agricoles dégradées.